Actualités


17 septembre 2021

FCPI ALTO INNOVATION

Nous mettons à votre disposition une courte vidéo de présentation du FCPI ALTO Innovation 2021 qui sélectionnera des PME innovantes européennes. Ce 33ème FCPI de la gamme ALTO bénéficiera de 20 ans d’expérience dans le financement de l’innovation.

9 décembre 2020

“La forêt française, c’est notre chance”

Par Guillaume Poitrinal (Cofondateur de Woodeum-WO2), Michel Druilhe (Président de France-Bois-Foret)

L’industrie forestière est accusée de malmener les forêts françaises. Pour Michel Druilhe et Guillaume Poitrinal, l’exploitation des arbres est pourtant une chance en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Une forêt plantée et exploitée par l’homme peut être plus efficace en termes de capture de CO2 qu’une forêt vierge de toute intervention humaine.

Publié dans Les Echos, 04 décembre 2020

Talleyrand nous l’a appris : « Tout ce qui est excessif est insignifiant. » Cette maxime n’aura pas retenu un biologiste botaniste de publier pendant l’été qu’une plantation d’arbres n’avait rien à voir avec une forêt. A la plantation, tous les maux du monde modernes sont associés. A la forêt, la vraie, entendons celle où l’homme n’est jamais venu qu’en promeneur, notre scientifique attribue toutes les vertus. Reprenons. Une plantation, c’est un champ d’arbres, pas une forêt. Première banderille pour l’auteur : le profit. Il nous révèle que de gigantesques multinationales, très (trop ?) rentables, sont à la manœuvre. Elles exploitent donc ces plantations (attention, ce ne sont pas des « forêts ») à l’aide de produits chimiques, fongicides et pesticides redoutables, plantent des espèces exotiques et mobilisent des engins mécaniques colossaux.

Ces champs d’arbres abriteraient bien moins de diversité animale et végétale qu’une forêt naturelle. Mais surtout, avec leurs « rotations rapides », les plantations seraient des sources de CO2 au lieu d’être des puits de carbone.

Tout ce raisonnement, qui consiste à faire passer Colbert, planteur de la forêt de Tronçais, ou Napoléon III, créateur de la forêt des Landes, pour des ennemis de la planète, pourrait faire rire s’il n’y avait pas derrière une idéologie qui veut à tout prix sacraliser nos forêts, interdire toute coupe d’arbres, en paquet ou à l’unité, empêcher le choix des essences, les éclaircies. Or cette idéologie va à l’encontre de la cause qu’elle veut défendre.

Effet de substitution

Nous ne débattrons pas sur les considérations absurdes qui consistent à faire passer les 100.000 exploitants forestiers, scieurs et industriels du bois français pour de grandes multinationales avides de profits. Et encore moins sur le mensonge qui veut faire croire à l’utilisation massive de produits chimiques dans notre sylviculture ou à l’absence de diversité biologique dans les forêts issues de plantation. C’est d’écologie que nous voulons parler, de façon simple et pragmatique.

Nos forêts produisent du bois. Le bois, avec ses produits dérivés, c’est la chance de notre planète. Il va permettre de remplacer la plupart des matériaux produits aujourd’hui à grand renfort d’émission de CO2 : plastique, ciment, béton, acier, verre… Il y a aussi l’enjeu du stockage du carbone. Un arbre passe sa vie à manger du CO2. C’est la photosynthèse. Couper un arbre pour un usage long, par exemple pour produire des matériaux de gros œuvre pour la construction, c’est non seulement éviter les émissions dévastatrices du béton, mais c’est également créer un véritable puits de carbone pour la longue durée.

Capture du CO2

Une forêt inexploitée est-elle aussi vertueuse qu’une plantation ? Rien de moins sûr… Arrivés à maturité dans une forêt dite « primaire », les vieux arbres feront le couvert qui empêchera les petits arbres de grandir. Et la croissance du vieil arbre, donc son absorption de CO2, ralentira, en attendant qu’il dépérisse et qu’il finisse par relâcher, avec la putréfaction, une grande partie du CO2 stocké.

Le salut de la planète passe donc par l’exploitation raisonnée et raisonnable de la forêt, pour mobiliser son formidable potentiel de capture du CO2 selon un cycle renouvelable. La seule forêt française avale chaque année 20 % de nos émissions. Mais seules les forêts plantées et récoltées avec méthode capturent de gros volumes et produisent un bois d’une qualité suffisante pour convenir à notre industrie. On peut vouloir céder aux idéologies et à la légèreté de l’air du temps. Mais on doit avoir conscience qu’à chaque fois que l’on emprunte ce chemin-là on se prive ardemment de l’outil le plus naturel, le plus simple et le moins coûteux pour lutter contre le réchauffement climatique, que, dans le même temps, on avantage l’importation de bois récolté et transformé ailleurs en Europe. L’urgence, c’est de mobiliser notre forêt et de développer une filière industrielle du « biosourcé », écologique et performante.

Michel Druilhe, président de France Bois Forêt, et Guillaume Poitrinal sont cofondateurs de Woodeum et de WO2

Découvrez le GFI France Valley

18 novembre 2020

Prorogation du taux de réduction FCPI à 25%

Les députés ont adopté un amendement qui pourrait permettre de prolonger d’une année (soit jusque fin 2021), le taux de réduction IR-PME de 25% notamment applicable aux FCPI.

Amendement n°3152

Cette prorogation serait conditionnée à l’accord de la Commission Européenne.

Sujet à suivre en 2021 !

En attendant, vous pouvez réduire votre impôt avant le 31/12 au taux de 25% avec ce support.

20 août 2020

Défiscalisation : le taux de la réduction passe (enfin) mais provisoirement à 25 % !

La hausse du taux de 18 % à 25 % attendue depuis 2018 s’applique à compter du 10 août dernier. Quelles sont les stratégies d’optimisation à mettre en œuvre ?

Depuis le 10 août 2020, la réduction d’impôt sur le revenu passe à :

  • 25 % (au lieu de 18 %) pour les souscriptions au capital de PME, ou de parts de FCPI ou FIP non spécifiques,  
  • 30 % (au lieu de 38 %) pour les souscriptions de parts FIP Corse ou de FIP outre-mer.

Pour les souscriptions de FIP et FCPI, la réduction est calculée sur une fraction des sommes nettes versées : la seule quotepart du fonds correspondant aux titres éligibles (70 % minimum).

29 janvier 2020

Profitez encore de 38% de réduction d’IR avec le FIP CORSE

Après consultation du conseil juridique de notre partenaire VATEL CAPITAL, il apparaît que le taux actuellement en vigueur du FIP Corse est bien encore de 38%. En effet, selon les dispositions du II de l’article 137 de la loi de finances pour 2020, la baisse du taux de la réduction d’impôt de 38% à 30% pour les FIP Corse s’appliquera aux versements effectués à compter d’une date fixée par décret. Cette date ne pourra pas être postérieure de plus de deux mois à la date de réception par le Gouvernement de la réponse définitive de la Commission européenne (d’après les débats parlementaires, la notification de la Commission européenne est attendue pour le début de l’année 2020).

Ce décret n’étant pas encore paru, il y a donc un intérêt à souscrire rapidement (dans l’éventualité de la parution de ce décret).

Consultez la page du FIP CORSE KALLISTE CAPITAL 12

2 mai 2019

Aide à la déclaration d’impôts

Le service de la déclaration en ligne est ouvert depuis mercredi 10 avril 2019 sur impots.gouv.fr.

Les dates limites de déclaration en ligne varient en fonction du département de résidence au 1er janvier 2019. Elles sont réparties sur trois zones et sont également valables pour tous les résidents français à l’étranger.

Nouveauté 2019 : tous les contribuables, sauf ceux qui sont dans l’incapacité de le faire, doivent déclarer leurs revenus en ligne, et ce quel que soit le niveau de leur revenu fiscal de référence, qui conditionnait jusque-là l’obligation de passer par internet pour déclarer ses revenus

La date limite de déclaration papier est fixée au jeudi 16 mai 2019 à minuit (y compris pour les résidents français à l’étranger), le cachet de la Poste faisant foi.

Les contribuables soumis à l’impôt sur le revenu (IR) déclarent leur droit à une réduction d’impôt sur l’imprimé n°2042 C et doivent remplir la case 7FM (pour une souscription à un FIP Corse), la case 7FL (pour une souscription à un FIP Outre mer) et la case 7GQ (pour une souscription à un FCPI).

Les revenus et les plus-values matérialisés par un FIP ou un FCPI sont exonérés d’impôt sur les revenus (mais pas de prélèvements sociaux) à condition que les parts du Fonds aient été conservées au moins 5 ans à compter de leur souscription.

Qu’en est-il de l’IFI ?

Depuis le 1er janvier 2018, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) a été supprimé et remplacé par un impôt sur la fortune immobilière (IFI). Le seuil de déclenchement de l’impôt n’a pas été modifié et restent redevables tous les ménages dont le patrimoine net de dettes est supérieur ou égal à 1,3M€ au 1er janvier 2019. Ce patrimoine comprend tous les biens et droits immobiliers détenus directement et indirectement au 1er janvier 2019.

À savoir La résidence principale fait l’objet d’un abattement de 30 % sur sa valeur au 1er janvier 2019

Le barème de l’IFI reste inchangé : Seuls les contribuables dont la valeur de patrimoine net taxable est supérieure ou égale à 1 300 000 € sont imposables. L’imposition est progressive, à partir de 800 000 €.

11 décembre 2018

Alto invest : 5 FCPI et 1 FIP, seront remboursés le 31/12/2018

Alto invest nous informe du remboursement de 5 FCPI et 1 FIP ; ces fonds seront liquidés définitivement le 31 décembre 2018. A cette date, les clients recevront une dernière distribution (voir tableau ci-dessus).

Les plus-values réalisées sont exonérées d’impôts mais restent soumises aux prélèvements sociaux. Les montants ci-dessus ne tiennent pas compte de ces prélèvements sociaux.

Le FCPI innovalto 2018 reste disponible pour une réduction d’impôt (exceptionnellement un crédit d’impôt en septembre 2019) pour toute souscription avant avant le 31/12.

4 décembre 2018

Réduire son impôt avec les FIP Corse / FCPI de Vatel Capital

Interview d’Antoine Herbinet de Vatel Capital (société de gestion indépendante), présente deux solutions pour défiscaliser en 2018 :

  • Le FIP Corse, qui permet de réduire son impôt à hauteur de 38% du montant investi tout en soutenant l’activité économique corse,
  • Le FCPI, un fonds commun de placement pour l’innovation qui offre aux personnes physiques la possibilité d’investir dans des PME innovantes tout en réduisant son impôt sur le revenu à hauteur de 18%.

 

3 décembre 2018

Qu’est-ce qu’un FCPI et un FIP ?

Cette vidéo, réalisée par notre partenaire NextStage AM, vous permettra de mieux appréhender le fonctionnement des FCPI (fonds commun de placement dans l’innovation) et les FIP (fonds d’investissement de proximité) ouvrant droit à une réduction d’impôt sur le revenu comprise entre 18% et 38%.

22 novembre 2018

Faut-il investir en 2018 ?

Avec l’arrivée du prélèvement à la source, vous avez été nombreux à nous solliciter sur le traitement fiscal applicable aux souscriptions dans les FIP – FCPI – FIP CORSE réalisées avant le 31 décembre 2018.

En synthèse, l’intérêt fiscal à souscrire reste entier. La démarche est la suivante :

  1. Vous souscrivez avant le 31 décembre 2018
  2. Vous déclarez la souscription dans votre déclaration au printemps 2019 (sur ses revenus 2018)
  3. Dès lors, deux situations possibles :
  • Vous ne déclarez que des revenus courants, dans ce cas l’impôt généré est annulé par le Crédit d’Impôt pour la Modernisation du Recouvrement (CIMR) : l’administration fiscale vous rembourse la réduction d’impôt (dans la limite du CIMR) !
  • Vous avez déclaré des revenus exceptionnels imposés au barème progressif (dividendes, plus-values de cession de valeurs mobilières, …) : la réduction d’impôt s’impute en priorité sur l’imposition générée par ces revenus !

Exemple : Vous n’avez déclaré que des revenus courants sur l’année 2018. La fiscalité générée est de l’ordre de 10 000 €.  En septembre 2019,  l’administration fiscale annule l’imposition de 10 000 € par le CIMR.